Saviez vous qu’il était possible de gagner jusqu’à 15 cm via une opération pour grandir ?

Initialement pratiquée pour traiter les problèmes d’inégalité de longueur de membre inférieur ou supérieur, la chirurgie pour grandir des jambes, est aussi utilisée dans le cadre d’opérations esthétiques.

Cette pratique connait depuis quelques années un essor exponentiel à travers le monde, notamment dans les pays Asiatiques, comme en Inde, en Chine et en Corée du Sud où l’aspect physique ( dont la taille ), compte énormément dans la sphère professionnelle, en effet, avoir une grande taille permet d’avoir plus de dominance et de confiance en soi. (1)

La promesse ?

 

Un gain de 5 à 10 centimètres au niveau des tibias !

Il est possible de gagner jusqu’à 15 cm, dans ce cas, il y aura une première opération au niveau des tibias et une seconde opération au niveau des fémurs.

 

Mais chaque cas est différent, cela dépendra de la santé générale du patient et le chirurgien va mettre la priorité sur la sécurité et non pas sur le désir esthétique du patient.

Opération pour grandir : les prix par pays

La Turquie, les Etats-Unis, l’Allemagne, la Corée du Sud et l’Angleterre sont les destinations phares concernant cette opération pour grandir. Le prix moyen de l’intervention est relativement salé.

Selon la méthode utilisée et la renommée chirurgien, la fourchette de prix peut varier :

Pays Coût de l’intervention
USA 75 000 – 109 000 €
Turquie 16 500 – 56 000 €
Allemagne 61 200 – 160 000 €
Corée du Sud 40 000 – 70 000 €
Angleterre 50 000 – 60 000 €

 

Il existe d’autre pays, comme en Inde où ce type d’opération coûte environ 6000 € ou en Iran où le prix est en moyenne de 13 000 € , sauf que, contrairement au pays cités précedemment, le personnel médical est beaucoup moins compétent et l’hygiène y est déplorable, ce qui augmente considérablement les risques inhérents de cette chirurgie, que ce soit des infections ou voir le décès.

À quel âge peut on effectuer cette chirurgie ?

Seul les personnes ayant terminés leurs puberté peuvent effectuer cette chirurgie esthétique, c’est à dire quand toutes les vertèbres se sont ossifiés à 100 %, ce moment arrive à environ 18 ans et dans des cas moins fréquents, la fin de la puberté arrive à 24 ans.

L’opération pour grandir peut elle être prise en charge par l’assurance maladie ?

Non, car cette opération est considérée, encore une fois, comme de l’ordre de l’esthétique et donc non vital.

Le déroulement de l’opération

Aujourd’hui, trois méthodes modernes sont effectuées :

  • la méthode « LON »;
  • la méthode « Precice 2 »;
  • la méthode « Precice Stryde ».

Ces trois dernières reprennent les grands principes de la technique d’Ilizarov (2), inventé en 1951 par le chirurgien Soviétique du même nom, d’ailleurs, cela ressemble ça,

( attention, cela peut être un peut dur à contempler ) :

Voici en bref, les trois étapes de l’opération pour grandir, qui peuvent se dérouler sur les tibias et/ou sur les fémurs, ici nous prenons l’exemple du tibia :

Première phase :

  • Il y a premièrement une ostéotomie, cela signifie qu’une grande partie de l’os est sectionnée avec une scie chirurgicale et enlevée, à noter que l’on peut couper le péroné, afin que ce dernier n’empêche pas le tibia de s’allonger.
  • Une autre partie de l’os est sciée sans être enlevée.
expliquation de la méthode de la chirurgie pour grandir phase 1

Deuxième phase :

  • On plante une broche longitudinalement dans le tibia.
  • On fixe via des vis et des fils, les trois anneaux. Un anneau est fixé dans le morceau d’os coupé et deux autres de part et d’autre des extrémités du tibia.
expliquation de la méthode de la chirurgie pour grandir phase 2

Troisième phase :

  • Au fur et à mesure, on va déplacer le morceaux d’os que l’on a sciés et liés à un anneau vers l’autre extrémité, vers le bas, en faisant déplacer l’anneau fixé dessus.
  • Il y aura au fur et à mesure une régénération de l’os, le vide va être remplie par du tissu osseux, lorsque le vide est remplie, c’est à dire quand le tibia est totalement refait : on dit qu’il y a eu une « union des os » 

 

 

expliquation de la méthode de la chirurgie pour grandir phase 3

La période post opératoire 

Concernant la période post-opératoire, il faut savoir que cette chirurgie est très douloureuse, notamment pendant les premiers jours suite à l’opération, l’équipe médicale fournira au patient des antidouleurs ( encore heureux !).

Enfin de rééduquer les tissus mous ( muscles, tendons et nerfs ) et de les adapter à la nouvelle taille de l’os, des exercices de stretching non violents sont effectués par un kinésithérapeute jusqu’à la totale récupération.

 

Le patient pourra marcher normalement au bout de 4 à 5 mois,

l’union des os se fait au bout de 6 mois,

et la récupération totale au bout de 9 à 12 mois, le patient sera normalement capable de courir par exemple.

Il ne s’agit pas d’une opération anodine et rapide, comme vous pouvez le constater !

Cette opération pour grandir est elle sans risques ?

Une opération chirurgicale quelle quelle soit, n’est jamais anodine : Le risque zéro n’existe pas, même dans les hôpitaux et les cliniques de pays développés, il y a notamment un risque d’infection nosocomiale, c’est à dire une infection contractée dans un établissement de santé.

 

Concernant les risques en rapport direct avec la chirurgie pour grandir, en voici la liste : 

  • L’ostéomyélite, qui signifie l’infection de l’os, peut survenir notamment à cause des vises et broches plantés extérieurement dans l’os, dû à une une bactérie qui se développe à ces endroits.
  • Le sectionnement des nerfs lors de l’opération peut causer une perte de sensation temporaire ou permanente, voir des problèmes de mobilité persistants.
  • Raideurs musculaires.
  • Raideurs des tendons.

 

En 2014, le DR Novikov à publié différentes données concernant 131 patients de 16 à 67 ans qui ont effectués l’opération d’Ilizinov : en moyenne, ils ont gagnés 6.9 cm et le taux de complications était de 37 %. (3)

Parmi ces 37% :

  • 47 patients avait eu des complications au niveau des tissus mou et des os et ont du subir une deuxième opérations non prévu, ces patients ont eu pas ou peu de séquelles après la deuxième opération.
  • 1 patient où cela n’a pas du tout fonctionné : il y a eu « non union » de l’os, vous l’aurez deviné :
    l’endroit où la partie d’os à été sectionné, ne s’est jamais régénérée, dans de tel cas, le chirurgien prend la décision d’annuler l’opération et de « faire machine arrière ».

Ce n’est qu’au bout de six mois, que l’on peut se rend compte si il y a eu une non union !

 

Le corps devient il disproportionné avec une opération pour grandir ?

Les médecins vont faire en sorte que le patient puisse garder une belle proportion au niveau des jambes, mais de rare cas, cela se voit légèrement au niveau des bras, qui eux n’ont pas été allongés.

Mais nous sommes bien loin de l’image du « T-rex » et les chirurgiens ont tout prévu, il est alors possible de faire la même opération aux humérus des bras !

 

La personne qui décide de se lancer dans cette « aventure chirurgicale » pour gagner quelques centimètres, puise sa motivation dans ses complexes et obsessions profondes qui sont pour la plupart, les mêmes pour la majorité des candidats, quitte à ignorer totalement les risques potentiels, la douleur et la longue période de convalescence suite à l’opération.

Il faut quand même bien s’imaginer subir une telle opération, où l’on se retrouve avec un énorme vide dans l’os et où chaque jour on écarte le bout d’os coupé pendant 3 mois, ce soit être une sensation particulière, sans parler de la douleur et des risques potentiels …

Gagner quelques centimètres avec une opération pour grandir peut couter très chère : en argent et surtout au niveau de la santé.

Grandir en taille après la puberté, sans opération pour grandir ou autre méthode invasive, c’est une chose qui est possible, si cela vous intéresse, je vous invite à lire le guide ultime pour grandir naturellement à toute âge !

Références

  1. Timothy A Judge, Daniel M Cable,The effect of physical height on workplace success and income: preliminary test of a theoretical model,J Appl Psychol,2004 Jun;89(3):428-41, doi: 10.1037/0021-9010.89.3.428.
  2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7058770/
  3. Konstantin I. Novikov, PhD,corresponding author Koushik N. Subramanyam, MS, Serghei O. Muradisinov, MD, Olga S. Novikova, MD, and Elina S. Kolesnikova, MD, Cosmetic Lower Limb Lengthening by Ilizarov Apparatus: What are the Risks? Clin Orthop Relat Res, 2014 Nov; 472(11): 3549–3556, Published online 2014 Sep 3, doi: 10.1007/s11999-014-3782-8, PMCID: PMC4182395,PMID: 25183215.